Fédération Nationale des Associations d'Italianistes

Siège Social :

chez Josette JUANICO
37, rue Pierre Dupré
13008 MARSEILLE

Adresse mèl : fnaiprofital@gmail.com

 
 
Fuocoammare - Par-delà Lampedusa et tout Rosi à Paris

Par Valentina Pasquali

fuocoammare- samuele

A l'occasion de la sortie nationale le 28 septembre de son dernier long-métrage "Fuocoammare - Par-delà Lampedusa"

Pour réaliser ce film, le réalisateur a passé un an et demi à Lampedusa. Le film s'articule autour de cette île et de la mer qui l'entoure, des habitants de Lampedusa et des hommes et des femmes qui y débarquent.

Ce film est une proposition, un regard cinématographique, esthétique et politique d'une force rare. Il s’agit du 5ème film de Gianfranco Rosi qui est sans doute l'un des plus grands auteurs de documentaires au monde, réalisateur qui bénéficie d'une vraie reconnaissance internationale (il a obtenu l'Ours d'or cette année et avait également obtenu le Lion d'or en 2013 pour son précédent film, "Sacro Gra").

https://www.facebook.com/fuocoammarepardelalampedusa/?fref=ts https://vimeo.com/176743101

L’Ultima Spiaggia, film de Thanos Anastopoulos et Davide Del DeganL’Ultima Spiaggia - Une scène

Présenté en sélection officielle lors du dernier Festival de Cannes, le documentaire L’Ultima Spiaggia de Thanos Anastopoulos et Davide Del Degan sort en salles le 23 novembre. La star de ce film prenant la ville de Trieste pour toile de fond, c’est le Pedocin, à savoir une plage où hommes et femmes sont séparés par un mur de béton. Un sujet qui tenait à cœur à Davide Del Degan, qui connaît bien cet endroit atypique de la Côte Adriatique pour l’avoir fréquenté lorsqu’il était enfant : « J’avais l’énorme privilège de pouvoir passer d’un côté à l’autre de la plage, car les enfants jusqu’à 12 ans peuvent aller chez les femmes ou chez les hommes. J’ai toujours rêvé de pouvoir raconter ce lieu bizarre et unique, suspendu dans le temps et dans l’espace ».

En images, le film se donne à voir, d’après ses réalisateurs, comme « un documentaire multi-narratif, kaléidoscopique, avec beaucoup de personnages et une histoire ». Les cinéastes ont tourné quatre mois au Pedocin en choisissant de ne pas réaliser d’interviews avec les hommes et femmes vus à l’écran. Juste attendre qu’il se passe quelque chose de manière à saisir ces scènes de la vie quotidienne qui font ici tout l’intérêt du film. Au Pedocin, on rit, on pleure, on s’engueule, on bavarde… Sous nos yeux, cette plage et son emblématique mur de béton deviennent un microcosme où différentes catégories sociales se côtoient dans une totale insouciance.

Si on pourrait regretter certaines longueurs du film causées essentiellement par le principe de l’unité de lieu, saluons toutefois les réalisateurs de nous faire découvrir ce petit coin du « bout de l’Italie » où le temps semble s’être arrêté. Coloré, gouailleur et plein de vie, L’Ultima Spiaggia peut faire penser à certains égards aux films que faisait Fellini sur ces provinces populaires de l’Italie. Le Pedocin, futur lieu culte du cinéma italien ?

Banana, un film de Andrea JublinBanana, une scène du film

Le 30 novembre 2016 sortira en salle Banana, film drôle et rafraîchissant du jeune cinéaste Andrea Jublin. Un film qui peut être apprécié par un public très différent comme l'explique l'auteur : « Quand j’ai écrit Banana je pensais m’adresser à un public hétérogène, autrement dit, autant aux adultes qu’aux ados. Je suis convaincu que lorsque l’histoire est sincère et honnête elle peut plaire à plusieurs catégories de public. Je trouve également assez réducteur le concept de catégorie de public. »

Largement récompensé par un grand nombre de prix, Andrea Jublin nous propose à travers son premier long métrage, Banana, un personnage chargé d’énergie positive dans un univers où toutes les valeurs semblent se déliter. Une magnifique occasion d’insuffler à nos élèves quelques raisons de croire qu'un monde meilleur est possible, à condition de le vouloir.

Comme son court, Il supplente, lauréat aux Oscars, Banana se déroule pour une bonne partie au sein de l'univers scolaire, mais pas uniquement. Nous suivons en effet le jeune protagoniste dans sa quotidienne quête du bonheur à travers l'école, le terrain de foot et la vie en famille. De quoi offrir l'opportunité de favoriser l'expression des élèves sur des sujets proches de leur vécu.

D'une brimade à l'autre notre héros ne perd pas espoir et reste fermement convaincu que ça vaut la peine d'aller de l'avant et d'y croire, encore et toujours. Au nom de la passion, comme l'équipe du Brésil, pour le beau geste et pas pour gagner à tout prix.

École et foot deviennent ainsi la métaphore d'un monde où le plus grand nombre semble prisonnier d'une morosité endémique, d'un cynisme élevé à moyen de survie, la plupart...mais pas tous.

Il Vigile de Luigi Zampa, sort en version restaurée

Une scène du film Il Vigile

Le 23 novembre 2016 sortira dans les salles françaises un grand classique de la comédie à l'italienne : Il Vigile, L'Agent avec Alberto Sordi dans le rôle de Otello Celletti, le personnage principal du film.

Finalement admis comme agent municipal de police, Otello Celletti parade dans son bel uniforme et ne met pas beaucoup de cœur à l’ouvrage.
Il se fait rappeler à l’ordre : il change alors de méthode et devient extrêmement pointilleux. Tout devient objet de procès-verbal sans se soucier de la personnalité du contrevenant. Un jour, Otello dépasse les bornes...

Si on devait donner le premier nom qui nous vient à l’esprit quand on parle de Il Vigile, quel serait celui-ci ? Et bien dans toutes les réponses ou presque apparaîtrait un seul nom, celui d’Alberto Sordi. Personne ne pourrait remettre en question le rôle d’acteur principal qu’il tient dans ce film réalisé par Luigi Zampa en 1960. Année importante dans l’histoire du cinéma national qui vit la sortie, entre autre, du chef d’œuvre de Fellini, La dolce vita.

Doté d’une exubérance indomptable, Sordi est inoubliable dans chacun de ses rôles. Le surnom d’Albertone, attribué par Fellini, souligne vraiment la tendance de l’acteur à exagérer son jeu, à être implacable selon les intentions du réalisateur avec qui il travaille, et à suivre son instinct...

Il Vigile arrive en pleine période de la comédie à l’italienne, c’est-à-dire quand le filon met à profit quelques intuitions sur un cinéma en mesure de sonder les divers phénomènes émergeant de la société. C’est aussi le film qui relance Luigi Zampa après des essais incertains durant la deuxième moitié des années 50.
Comme pour beaucoup des succès du réalisateur romain, Il Vigile est le fruit du travail avec Alberto Sordi, dans une de ses interprétations les plus célèbres.




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement